Analyse - Iran : Mouvement vert de 2009 et manifestations de 2018, des colères sans effets ?

 

 

 

Il y a 40 ans, l’Iran devenait une théocratie. Depuis cette époque, l’histoire de la république islamique est loin d’avoir été un long fleuve tranquille. Il n’y a pas que les relations internationales de l’Iran qui ont été chahutées : malgré la répression féroce des opposants, le régime iranien doit affronter régulièrement des vagues de contestation qui ont le plus souvent comme moteur la situation économique du pays et des revendications pour plus de libertés. Les derniers grands mouvements de protestation en date ont eu lieu en 2009, ce qu’on a appelé le «Mouvement vert», ainsi qu’en décembre 2017 et janvier 2018. Pour quels résultats ? De quelle manière ces protestations ont-elles influencé la politique intérieure du pays ? Les opposants au régime peuvent-ils espérer, dans un futur proche, une évolution vers un système qui donne plus de place aux droits de l’homme et aux libertés individuelles ?

Lire l'analyse

Réagissez sur notre forum

Retour au sommaire des analyses