Analyse - La démocratie participative, solution à la crise de la démocratie représentative ?

 

 

 

C’est le 14 octobre que se tiendront les élections communales. Ce scrutin local détient un statut particulier au sein de notre démocratie. Échelon le plus bas de représentativité, il demande au citoyen de choisir entre des candidats qui partagent le même milieu de vie que lui, qu’il connaît même personnellement parfois. Les affinités y tiennent donc une place plus importante au moment de cocher un nom sur le bulletin de vote. La crise constatée de la démocratie représentative, et sa manifestation sous la forme de votes protestataires ou extrémistes, sera donc peut-être moins marquée que lors d’autres scrutins. Elle n’en existe pas moins. Mais c’est également à ce niveau local que se trouve un début de solution. Elle se nomme « démocratie participative » et prend la forme d’une série de processus visant à redynamiser la participation des citoyens à la gestion publique. Dans cette analyse, après avoir tracé les contours de ce qu’est la démocratie participative, nous présenterons des initiatives développées en Belgique avant d’en tirer quelques leçons.

Lire l'analyse

Réagissez sur notre forum

Retour au sommaire des analyses