Analyse - Politique d'asile: vers la fin des maisons de retour ?

 

 

 

À la mi-juin, la Plate-forme Mineurs en exil et Unicef Belgique, soutenus par de nombreuses associations dont le Siréas, lançaient une campagne de sensibilisation nommée « On n’enferme pas un enfant. Point » . Elle est destinée à sensibiliser l’opinion publique à l’ouverture prochaine de nouvelles « unités familiales fermées » au sein du tristement célèbre centre fermé 127 bis à Steenokkerzeel. Prévues pour accueillir des familles en attente de leur retour forcé dans leur pays d’origine, elles signent le retour des mineurs dans le dispositif des centres fermés alors que la Belgique a plusieurs fois été condamnée par la Cour européenne des Droits de l’Homme pour cette raison. L’ouverture des nouvelles « unités familiales fermées » signent-elle la fin de ce système alternatif de détention qui, malgré ses défauts, avait été salué comme une évolution de la politique belge de retour pour les demandeurs d’asile déboutés et les personnes sans-papiers ?

Lire l'analyse

Réagissez sur notre forum

Retour au sommaire des analyses