Analyse - La famine utilisée comme arme de guerre

 

 

 

Au début du mois d’avril, le Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés (HCR) relayait une alerte lancée précédemment par le Programme Alimentaire Mondial (PAM) : au cours des six prochains mois, plus de 20 millions de personnes risquent de mourir de faim. Selon la définition de l’IPC, un système international de classification de la sécurité alimentaire, « une famine est déclarée quand plus de 30 % des enfants sont atteints de malnutrition aiguë, deux décès au moins sont recensés chaque jour pour 10 000 habitants et 20 % de la population n’a pas accès à la nourriture de base. » C’est déjà le cas dans certaines régions du Soudan du Sud et cela pourrait l’être bientôt au Yémen, en Somalie et dans plusieurs parties du Nigéria. « Cela fait près de quinze ans que je travaille au Programme Alimentaire Mondial et c’est la première fois que nous parlons littéralement de famine dans quatre régions différentes du monde en même temps », a déclaré Arif Husain, économiste en chef du PAM. Leur point commun ? Ce sont quatre pays qui sont en situation de guerre.

Lire l'analyse

Réagissez sur notre forum

Retour au sommaire des analyses