Analyse - Afghanistan, une guerre qui n’en finit pas

 

 

 

Le spectacle dramatique fourni par l’arrivée continuelle de réfugiés afghans s’entassant dans des camps surpeuplés à Lesbos, et d’autres îles de la mer Égée, vient nous rappeler qu’après 40 ans de guerre, l’Afghanistan est un pays sinistré: pauvreté endémique, infrastructures largement défaillantes, corruption omniprésente, etc. Malgré les énormes sommes consacrées par le pays et ses alliés à la guerre contre les talibans, l’instabilité y est plus que jamais présente. Une majorité du territoire échappe au contrôle du gouvernement et le cœur même de la capitale Kaboul est la cible d’attentats perpétrés par différents groupes terroristes dont l’État islamique. Comment expliquer que ce conflit dure depuis aussi longtemps et qu’une solution semble introuvable? Pour cela, il faut se plonger dans l’historique du conflit, depuis l’invasion soviétique de 1979, et ensuite lister les erreurs des différents acteurs présents sur place. Analyse d’une page sanglante de l’histoire mondiale contemporaine.

Lire l'analyse

Réagissez sur notre forum

Retour au sommaire des analyses