Analyse - Le « soft power » ou l’art de séduire : l’exemple chinois

 

 

 

La puissance d’un pays ne se mesure pas qu’à l’aune de sa capacité militaire ou de sa force économique. Sa capacité d’attraction, son aura, les valeurs qu’il véhicule dans les esprits sont également importantes. C’est ce qu’on appelle le « soft power », une donnée difficilement mesurable, mais incontournable pour analyser l’actualité politique internationale. Pour illustrer cela, nous avons choisi de ne nous pencher sur le cas chinois. Vu de chez nous, le modèle socio-économique de la Chine, du capitalisme sauvage dans un contexte politique autocratique, n’apparaît pas du tout attirant. Le « soft power » du pays est pourtant en plein développement. Nous nous proposons d’analyser quels sont les moyens utilisés par Pékin pour cela et quels sont les objectifs poursuivis. De cette manière, nous espérons apporter un éclairage sur la manière dont le « soft power » peut influencer non seulement les relations internationales, mais également la perception du monde dans lequel nous vivons. Au risque de déformer la réalité et de fausser notre jugement.

Lire l'analyse

Réagissez sur notre forum

Retour au sommaire des analyses